· 

Ma première blouse Envol d'Atelier Scammit

 

A mes yeux, le vêtement le plus indispensable d'une garde-robe automne/hiver/printemps/été est LE chemisier blanc... 

Du coup, du temps où je cousais 300 fringues par an, j'en casais régulièrement. Manches longues, manches courtes, col mao, poche appliquée, jolis petits plis ou fronces, il m'en fallait de toutes les variétés... 

 

Le temps a passé et j'ai cousu de moins en moins... Et mes chemisiers, blouses et tuniques blancs - à force d'être portés - se sont usés...

Nous approchions du drame car - comme le dit le dicton - Qui point de blanc chemisier dans son placard ne possède, nu tout l'été se promènera...

Et, sérieusement, je ne sais pas qui a envie de me voir nue tout au long de l'été... à part peut-être mon chéri mais, ça, c'est parce que, à force, il s'est habitué...

 

 

Je ne sais plus quand mon regard a croisé ce délicieux patron d'Atelier Scammit... Celui de la blouse Envol...

Et, bizarrement, malgré la montagne de modèles déjà en ma possession, j'ai été atteinte d'un désir irrépressible de l'adopter...

J'aimais vraiment beaucoup son encolure, ces jolis petits plis et son côté confortablement ample...

 

Pour le tissu, pas de soucis à me faire... ce n'est pas parce que je ne couds pas de vêtements depuis des années que je n'ai pas continué à en acheter... :-)
(Par contre, du coup, ne me demande pas d'où il vient...)

 

Côté réalisation, la vieille tata que je suis, habituée à ses bons vieux magazines Burda et bouquins japonais, s'est d'abord retrouvée toute paumée par ces quelques pages à assembler et à ces marges de couture incluses... Mais j'ai décidé d'être bonne élève... j'ai directement coupé le patron sur la planche - taille 46. J'ai thermocollé les pièces qui devaient l'être et ai suivi le pas à pas fourni avec le patron. D'abord absolument enchantée de découvrir la technique du fourreau pour poser les empiècements du haut de la blouse. Parfois, légèrement décontenancée par l'ordre dans lequel certaines pièces étaient montées. J'ai tendance à faire les finitions sur l'envers. Ici, beaucoup se font sur l'endroit. J'avoue aussi ne pas avoir fait les coutures anglaises. Mon tissu étant très fin, j'avais peur que cela n'alourdisse les côtés.

 

Mais, au final, j'en suis ravie. Même si - et je le savais avant de la faire, j'aurais dû l'allonger de 5cm et couper les épaules en taille 44... Donc ne pas couper directement dans le papier...

 

Je reste décontenancée par les marges de couture comprises. Mon côté rebelle, probablement... je n'aime pas qu'on décide à ma place et, parfois, là où elles font 1,5cm, je me serais bien limitée aux 7mm de la largeur de mon pied presseur. A l'inverse, sur d'autres pièces, je les aurais bien doublées.

 

 

 

Bref, si tu as lu attentivement le titre de cet article, tu sais déjà que j'ai prévu d'autres blouses Envol... Voire ptet bien que j'en ai déjà refait une.... Et voire que, carrément, comme je suis affreusement paresseuse, je l'ai refaite telle quelle... sans recouper le patron pour qu'il m'aille parfaitement...

 


Abonnez-vous au blog





Infos pratiques

modèle (payant)
Blouse 'Envol' d'Atelier Scammit

Taille 46 - réalisée sans modifications

Tissu 100% coton très léger avec broderies anglaises